• JE VEUX REFLECHIR

    JE VEUX REFLECHIR

  • "QUE CHACUN RAISONNE
    EN SON ÂME ET CONSCIENCE,
    QU'IL SE FASSE UNE IDÉE
    FONDÉE SUR SES PROPRES LECTURES
    ET NON D’APRÈS
    LES RACONTARS DES AUTRES."
    (Einstein)

  • "N'ESSAIE PAS D'ÊTRE
    UN HOMME DE SUCCÈS,
    ESSAIE PLUTÔT D'ÊTRE
    UN HOMME DE VALEUR."
    (Einstein)

  • " 2 CHOSES SONT INFINIES :
    L'UNIVERS
    ET
    LA BÊTISE HUMAINE."
    (Einstein)

  • "IL EST PLUS FACILE
    DE DÉSINTÉGRER UN ATOME
    QU'UN PRÉJUGÉ."
    (Einstein)

  • "PEU SONT CAPABLES
    D'EXPRIMER POSÉMENT
    UNE OPINION DIFFÉRENTE
    DES PRÉJUGÉS DE LEUR MILIEU."
    (Einstein)

  • "C"EST LA PERSONNE LIBRE ET CRÉATRICE
    QUI FAÇONNE LE BEAU ET LE SUBLIME
    ALORS QUE LES MASSES
    RESTENT ENFERMÉES
    DANS UNE RONDE INFINIE
    D’IMBÉCILITÉ
    ET D 'ABRUTISSEMENT."
    (Einstein)

LA VERITE DE NOEL

Posté par lemysterefurtif le 21 décembre 2015

321

|

« Au cours de la préparation de ce Noël j’ai pensé à tous ces évènements

qui ont fait la une des journaux télévisés au cours de cette année.

J’ai réfléchi sur la situation du monde, sur les évènements récents :

les attentats à Paris, au Kenya et en Tunisie, la guerre en Syrie, en Irak,

en Palestine, au Nigéria, au Congo et dans tellement d’autres pays de la planète.

Je me suis demandé ce que pouvait bien apporter l’espérance de Noël.

J’ai gribouillé des pages très sérieuses et très graves.

Et puis cette semaine j’ai visité un enfant qui venait de naître depuis dix jours.

Et sur son visage j’ai immédiatement vu le message de Noël :

malgré le vacarme du monde, cet enfant dormait et en dormant il souriait

et son sourire était tout bonnement : « désarmant » !

En voyant cet enfant j’ai pensé à Jésus dans la « crèche » :

Dieu est totalement inattendu et déroutant.

A l’époque du Christ, comme aujourd’hui, le monde avait bien des problèmes

même si on ne les étalait pas comme aujourd’hui à la télévision.

On attendait que Dieu arrive avec armes et bagages pour remettre de l’ordre,

pour remettre sur ses pieds l’homme qui marchait sur sa tête.

Et voici qu’en plein cœur de l’hiver, en plein cœur de la nuit, une étoile apparaît dans le ciel

et un petit être prend vie sur la terre.

« Cette nuit-là il n’y avait qu’une place qui n’était pas à sa place, c’’est celle de Dieu.

On l’appelait au ciel et il est sur la terre,

On le cherchait au sanctuaire et il est à l’étable,

On acclamait son soleil et il est dans la nuit,

On l’habillait de gloire et on le retrouve nu,

On attendait un Roi et voici un enfant !… »

Je crois vraiment que Dieu a de l’humour. Il est totalement à « contre-courant » :

Nous, nous sommes sensibles au bruit, au vacarme, aux pampilles et aux paillettes…

Dieu aime le silence, la pudeur, la simplicité, la délicatesse…

Nous sommes sensibles à la magie, aux miracles, aux grandes déclarations,

aux démonstrations de force et de puissance…

Dieu aime l’ordinaire, le quotidien, la simplicité, l’intimité,

le regard qui en dit bien plus long qu’un grand discours…

Parmi tous les titres donnés à Jésus par la tradition Chrétienne,

j’en retiens deux qui me semblent particulièrement convenir en cette nuit de Noël :

« l’Agneau de Dieu » et le « Prince de la Paix ».

L’ « Agneau de Dieu », c’est le symbole de l’affection, de la douceur, de la tendresse…

de celui qui est faible et sans défenses.

Dieu n’est pas venu s’imposer ni imposer son Royaume.

Il n’est pas venu étaler richesse, clinquant, force et puissance.

La Foi ne s’impose pas, elle ne se démontre pas.

C’est une trace, une marque, une invitation.

Le deuxième titre donné à Jésus et qui me semble particulièrement adapté en cette nuit de Noël,

c’est celui de « Prince de la Paix ».

A quoi les hommes aspirent le plus, ce dont ils ont le plus besoin pour vivre heureux ?

C’est la Paix : la paix dans nos maisons, dans nos familles, dans nos quartiers,

dans nos écoles ou au travail, …et dans le monde.

D’ailleurs la fête de Noël a toujours été de par le monde un temps de trêve

en plein cœur des conflits, parfois les plus violents, pour exprimer une réalité

autre que celles des intérêts divergents.

Un film récent, « Joyeux Noël », décrit la fraternisation entre soldats Français et Allemands

à Noël dans les tranchées de la grande guerre de 1914-1918, il y a tout juste cent ans !

La Paix ne s’impose pas par la force. Elle ne s’achète pas avec de l’argent.

Elle n’est pas au bout d’un raisonnement ou d’une démonstration.

La Paix, c’est l’intelligence du cœur, le Pardon et l’Amour.

La Paix, c’est bannir la peur,

refuser de retourner la souffrance en agressivité, le mal en amertume.

La Paix, c’est face à la course aux armes, aux pouvoirs, aux honneurs, à l’argent,

                          comme ce sourire du bébé qui vient de naître : « désarmant » !

A Noël nous sommes invités à partager un bonheur immense :

« Dieu a établi sa demeure parmi nous ».

Il est venu habiter chez les pauvres, au beau milieu de son peuple.

N’allons pas chercher au bout du monde ce qui est déjà en nous !

N’allons pas chercher ailleurs la lumière qui est au fond de notre cœur.

Voilà le trésor de cette nuit.

Joyeux Noël ! »

|

Denis Chautard, nuit de Noël 2015

|

 

Chersue |
Xoxounefille |
Adiction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reve2liberte
| Journaldesdefis
| Coquettes