• JE VEUX REFLECHIR

    JE VEUX REFLECHIR

  • "QUE CHACUN RAISONNE
    EN SON ÂME ET CONSCIENCE,
    QU'IL SE FASSE UNE IDÉE
    FONDÉE SUR SES PROPRES LECTURES
    ET NON D’APRÈS
    LES RACONTARS DES AUTRES."
    (Einstein)

  • "N'ESSAIE PAS D'ÊTRE
    UN HOMME DE SUCCÈS,
    ESSAIE PLUTÔT D'ÊTRE
    UN HOMME DE VALEUR."
    (Einstein)

  • " 2 CHOSES SONT INFINIES :
    L'UNIVERS
    ET
    LA BÊTISE HUMAINE."
    (Einstein)

  • "IL EST PLUS FACILE
    DE DÉSINTÉGRER UN ATOME
    QU'UN PRÉJUGÉ."
    (Einstein)

  • "PEU SONT CAPABLES
    D'EXPRIMER POSÉMENT
    UNE OPINION DIFFÉRENTE
    DES PRÉJUGÉS DE LEUR MILIEU."
    (Einstein)

  • "C"EST LA PERSONNE LIBRE ET CRÉATRICE
    QUI FAÇONNE LE BEAU ET LE SUBLIME
    ALORS QUE LES MASSES
    RESTENT ENFERMÉES
    DANS UNE RONDE INFINIE
    D’IMBÉCILITÉ
    ET D 'ABRUTISSEMENT."
    (Einstein)

LES 2 FRANCES

Posté par lemysterefurtif le 15 janvier 2016

01111

|

« … L’histoire de France s’est faite sur une succession de guerres civiles.

Les français de papiers ne sont que de simples féodaux qui ne sortent pas de leurs quartiers

que de toute façon nos élites n’habitent pas.

Ils n’aspirent pas à des coups d’État et sont dociles

lorsque la place d’un petit pouvoir quelconque est attribuée.

Qu’ils brûlent des voitures le jour de l’an ou vendent de la drogue nos gouvernants n’en ont que faire.

Ce ne sont pas leurs voitures et leurs enfants n’achètent pas leur cannabis.

Ils n’ont pas plus de courage que de phrasé, leur ambition est faible et leur vision à court terme.

Le législateur progressiste peut tout imposer malgré leur conservatisme.

Mariage homo, théorie du genre, ABCD de l’égalité rien ne les heurte

tant que la collectivité paie pour leur inactivité.

De toute façon ont-ils l’intellect pour le comprendre ?

Les français de racine, de sang et de cœur doivent laisser la place à ces français de papier.

Ces derniers pour nos élites sont supérieurs, intellectuellement, physiquement, culturellement.

Ils sont les nouveaux français à promouvoir. »

|

(Mike Borowski)

|

 

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

AIDONS D’ABORD NOS PAUVRES !

Posté par lemysterefurtif le 10 janvier 2016

sdf

|

Aidons d’abord nos pauvres !

Depuis des années il y a des gens à la rue chez nous …

mépris et pas de solution pour eux !

Depuis des années il y a des morts de faim et de froid chez nous …

mépris et pas de solution pour eux !

Depuis des années il y a des vieux qui souffrent d’une extrême précarité …

mépris et pas de solutions pour eux !

Depuis des années il y a des familles, des enfants dans une misère noire chez nous …

mépris et pas de solution pour eux !

Cela doit cesser.

Le temps des politiques méprisants doit cesser !

Le temps d’un peuple méprisant doit cesser !

Être France,  c’est d’abord faire vivre le peuple français.

Peut-être serait-il temps d ‘y penser.

Encore que …  me semble que c’est un peu tard ..

ce n’est pas quand la guerre est là,

(et elle est bien là quoiqu’on en dise … ou quoiqu’on ne veuille pas en dire !)

que des solutions pourront être trouvées.

Notre mépris,  notre manque de vigilance et le manquement à nos Valeurs fondamentales

nous auront amener à plus que de la pauvreté … c’est déjà la misère qui est chez nous,

et elle galope … elle galope partout.

|

7a

|

« Stop à toute cette propagande.

A ce matraquage médiatique visant à nous inciter à accueillir et aider tous ces clandestins.

Pensons d’abord à nos concitoyens.

Ces retraités qui vivent dans la misère et parfois dans des conditions inhumaines.

Pensons d’abord aux millions de français qui ont perdu leur emploi

et vivent dans une situation précaire.

Pensons d’abord aux centaines de SDF qui meurent dans l’indifférence !

Pensons d’abord aux français qui se sont suicidés parce qu’ils venaient de tout perdre !

Aidons d’abord ces gens-là !

Aidons d’abord nos concitoyens. Les nôtres d’abord, les autres après !

A toute cette classe médiatico-politico-gaucho-bobo-immigrationniste

qui vit dans l’opulence,

versant des larmes de crocodile sur le sort des migrants, qui incitent les français à les loger…

Je dis assez !

Assez de nous matraquer d’impôts pour donner l’argent aux migrants.

Halte à la préférence étrangère ! »

(lagauchematuer.fr)

|

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

PATRICK PEILLOUX ET SES 4 VERITES

Posté par lemysterefurtif le 9 janvier 2016

Image de prévisualisation YouTube

|

« Bien sûr la France a changé.

On a tous beaucoup changé …

On a changé d’époque.

On vit dans une situation de guerre, pas une guerre classique … c’est une guerre sournoise .

Les attentats qui ont étaient commis ce sont des crimes contre l’humanité … »

|

 

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

INTEGRATION DES IMMIGRES

Posté par lemysterefurtif le 8 janvier 2016

France - Immigration

|

« Cela dit, j’approuve totalement votre propos lorsque vous insistez sur la nécessité

de rappeler aux Français d’où ils viennent et les valeurs qu’ils portent,

mais

à condition de ne pas considérer que l’histoire de France

commence avec la Révolution française et de ne pas accepter le délire de certains,

arrivés récemment dans notre pays, qui estiment que l’histoire commence avec eux.

La France est un vieux pays qui a une histoire de deux mille ans

et qui est depuis quinze siècles un pays catholique même si la sécularisation est passée par là.

Elle possède donc un héritage historique, spirituel et culturel qui a fait ce qu’elle est

et que nous avons à défendre, à faire fructifier et à transmettre.

En vous écoutant, certains de vos propos provoquent une incompréhension

qui interpelle naturellement les citoyens.

En effet, qui contesterait que la richesse de l’héritage légué par les migrants au fil du temps

fasse partie de l’identité française ? La réponse est claire : personne.

Personne, pour une simple et bonne raison, c’est que ces migrants,

dont nombre d’entre nous sont les descendants, n’ont pas été intégrés mais se sont intégrés

et ont été assimilés dès la deuxième génération. »

|

(Général Martinez)

|

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

LETTRE AU PRESIDENT

Posté par lemysterefurtif le 8 janvier 2016

generalmartinez

|

Lettre ouverte du Général Martinez à François Hollande

|

« Monsieur le Président de la République,

Il n’est pas fréquent qu’un général s’adresse au président

pour exprimer son inquiétude et sa crainte pour l’avenir de la nation française.

Mais au lendemain de l’inauguration du musée de l’immigration,

je souhaiterais vous faire part de mon désaccord

– probablement commun à beaucoup de Français –

sur l’esprit d’une partie de votre discours prononcé à cette occasion.

Vous y fustigez en effet, ceux qui agitent la peur d’une « dislocation » de la France.

Vous y dénoncez un « sentiment de dépossession, entretenu avec malice sinon avec malignité »

soulignant – à juste titre – qu’un Français sur quatre est issu de l’immigration et insistant

– toujours à juste titre – sur la nécessité de rappeler aux Français d’où ils viennent

et quelles sont les valeurs qu’ils portent.

Vous vous déclarez, à nouveau, favorable au droit de vote des étrangers

en affirmant que « rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution,

ce qui suppose une majorité des 3/5 au Parlement »

et appelez, pour y parvenir, les forces républicaines à prendre leurs responsabilités.

Vous permettrez qu’après avoir servi l’État et la Nation sous l’uniforme

pendant une quarantaine d’années, le citoyen engagé que je suis,

attentif aux évolutions du monde et soucieux des intérêts de la France et de son peuple,

ne militant dans aucun parti politique car attaché à sa liberté de pensée et d’expression,

vous porte respectueusement la contradiction.

Tout d’abord, il n’est pas exact de dire que rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution.

En effet, cette dernière prévoit en son article 89 une seconde possibilité, à savoir le référendum.

Encore faudrait-il que nos gouvernants successifs cessent de considérer le référendum

comme un plébiscite ou pire, que subodorant le résultat contraire à leurs vœux

ils ne l’utilisent pas estimant que le peuple n’a pas son mot à dire sur des sujets

qui concernent pourtant son avenir.

Et sur le droit de vote des étrangers extracommunautaires,

pour des raisons évidentes mais que vous ne souhaitez pas évoquer, le peuple a son mot à dire.

Il est même souverain en dernier ressort.

Ne pas le consulter dans un cas aussi essentiel, c’est simplement le mépriser,

ce qui n’est pas de nature à privilégier la sérénité.

Les conséquences d’un tel mépris, dont le peuple est habitué depuis longtemps,

sont désastreuses et funestes sur le fonctionnement de notre démocratie.

Car, frustrés et impuissants mais furieux, les citoyens ont de plus en plus tendance,

devant ce qu’ils considèrent comme du laxisme, un manque de courage, un déni de réalité

et donc un renoncement de la part de leurs responsables politiques,

à vouloir se venger soit en boycottant l’isoloir, soit en donnant leur voix à ceux qui ont affiché

clairement une stratégie qui vise à violer intentionnellement et sans ambiguïté

le politiquement correct.

Et au bout du compte, lorsque la réalité est ignorée et occultée de façon si peu responsable

et pendant si longtemps, les conséquences d’une telle dérive sont incalculables et imprévisibles.

Car on fait savoir depuis trop longtemps aux citoyens que leur avis n’a aucune importance.

Mais il arrive un moment où un peuple éduqué dans l’idée démocratique,

cependant las d’être ignoré par ses élites, pourrait exiger d’être écouté.

*

Cela dit, j’approuve totalement votre propos lorsque vous insistez sur la nécessité

de rappeler aux Français d’où ils viennent et les valeurs qu’ils portent,

mais à condition de ne pas considérer que l’histoire de France

commence avec la Révolution française et de ne pas accepter le délire de certains,

arrivés récemment dans notre pays, qui estiment que l’histoire commence avec eux.

La France est un vieux pays qui a une histoire de deux mille ans

et qui est depuis quinze siècles un pays catholique même si la sécularisation est passée par là.

Elle possède donc un héritage historique, spirituel et culturel qui a fait ce qu’elle est

et que nous avons à défendre, à faire fructifier et à transmettre.

En vous écoutant, certains de vos propos provoquent une incompréhension

qui interpelle naturellement les citoyens.

En effet, qui contesterait que la richesse de l’héritage légué par les migrants au fil du temps

fasse partie de l’identité française ? La réponse est claire : personne.

Personne, pour une simple et bonne raison, c’est que ces migrants,

dont nombre d’entre nous sont les descendants, n’ont pas été intégrés mais se sont intégrés

et ont été assimilés dès la deuxième génération.

Mais alors, où est le problème ? Pourquoi est-il si difficile aujourd’hui de parler de l’immigration,

sujet devenu tabou ?

Pourquoi certains de nos concitoyens ne se sentent-ils plus chez eux ?

Pourquoi est-on dorénavant abreuvé sans cesse de termes comme laïcité

ou vivre-ensemble qui n’avaient jusqu’à récemment pas besoin d’être évoqués

tant ces principes étaient vécus par les citoyens presque sans le savoir,

comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ?

Leur usage répétitif et intempestif ne constitue-t-il pas, en fait, un aveu de reconnaissance

d’un véritable problème qui se pose aujourd’hui pour l’unité de la nation ?

La réponse est simple mais, comme d’autres, vous ne voulez pas l’évoquer :

l’immigration que la France a connue jusqu’au milieu des années 1970 était d’origine européenne,

donc de culture commune nourrie par l’héritage chrétien qui est le trésor

non seulement des chrétiens mais de toute l’Europe,

ce qui a facilité l’assimilation dès la deuxième génération.

En revanche, l’immigration que notre pays subit depuis l’adoption de mesures

comme le regroupement familial,

puis les régularisations massives de clandestins de 1981 et 1997,

mais également celles effectuées régulièrement (au moins 30 000 par an)

– sachant que qui dit régularisation, dit regroupement familial dans la foulée –

est de nature totalement différente par sa culture modelée par l’islam.

Cet islam qui ne connaît que les droits de Dieu et ne reconnaît pas, de fait,

la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ni, par voie de conséquence,

les droits de l’Homme.

Cela conduit inévitablement à des situations non seulement insupportables

et mal vécues par nos concitoyens mais qui deviennent dangereuses pour l’avenir.

*

Et alors que déjà en 1981, M. Georges Marchais

(personnage plutôt positionné à gauche sur l’échiquier politique, vous en conviendrez)

tirait la sonnette d’alarme avec sa lettre – plus que jamais d’actualité –

adressée au recteur de la Mosquée de Paris et publiée le 16 janvier dans le journal L’Humanité (*),

nos gouvernants n’ont, depuis, toujours rien changé,

fermant les yeux sur un sujet pourtant capital pour l’avenir de la nation.

Il n’est tout de même pas difficile de comprendre (l’actualité quotidienne nous le démontre)

que sous les coups de boutoir d’une radicalisation des esprits d’une partie de cette immigration

nous courrons au-devant de lendemains douloureux

car sa culture n’est pas celle de notre conception chrétienne

de la liberté, de la dignité et du respect de la personne humaine et de la distinction des pouvoirs.

Des valeurs universelles léguées par notre civilisation gréco-romaine et chrétienne,

celles de nos racines : Athènes, Rome et Jérusalem.

Vous avez donc raison, il faut rappeler aux Français d’où ils viennent.

Cela permet ainsi de mettre en évidence le fossé qui existe entre les valeurs

que porte et promeut la France

et celles revendiquées par une partie de plus en plus importante de ceux

qui se réclament de l’islam et de mieux comprendre les réactions de nos concitoyens

que vous considérez à tort comme un repli sur soi, un rejet de l’autre

qui serait marqué par « un sentiment de dépossession,

entretenu avec malice sinon avec malignité ».

Nos concitoyens sont simplement lucides et consternés devant un tel manque de clairvoyance.

Car il faut également écouter certains responsables religieux musulmans,

sur notre propre sol, qui ne sont d’ailleurs nullement inquiétés par les pouvoirs publics :

« Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas,

mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté,

c’est reconnaître les lois qui la régissent.

Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République.

Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique,

appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République,

et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté »

– « L’assimilation suppose que les populations islamiques se fondent à terme dans la population.

Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […]

Il n’y aura pas de dérogation à cette règle. »

Leur message est clair et appliqué par leurs fidèles.

Le nier ou vouloir l’occulter est faire preuve de déni de réalité et compromettre ainsi l’avenir.

D’ailleurs, pourquoi nos parlementaires ont-ils été conduits à voter une loi

sur l’interdiction du port du voile à l’école ?

Pourquoi une loi sur l’interdiction de la burqa ?

Pourquoi une charte sur la laïcité dans les écoles ?

C’est bien la preuve que l’islam pose problème à nos sociétés européennes

et que ces différences de comportement ne sont pas,

comme certains voudraient nous le faire croire,

le produit de contextes sociaux made in France

mais bien importés par une culture incompatible avec nos traditions et notre mode de vie.

*

Le cardinal De Richelieu affirmait que « la politique consiste à rendre possible

ce qui est nécessaire ».

Et ce qui est nécessaire aujourd’hui c’est la refondation urgente de notre politique

sur l’immigration et l’application ferme de nos lois.

Au lieu de cela, vous affirmez à nouveau la nécessité d’accorder le droit de vote

(et d’éligibilité) aux étrangers extracommunautaires,

en vous gardant bien de demander son avis au peuple.

Il faut bien que vous compreniez que l’instauration d’un tel droit mènerait indubitablement

à l’émergence d’une société biculturelle qui ne pourra que se déchirer

car conduisant vers la libanisation de notre pays et donc, à terme, vers la guerre civile.

Car en adoptant une telle mesure, à un moment où l’intégration ne fonctionne plus

sous l’effet du nombre, il n’est pas difficile de comprendre que des groupes de pression

se mettront inévitablement en place pour chercher à imposer encore plus leurs revendications.

Comment ne pas comprendre que nos valeurs, nos principes de vie,

nos relations seront profondément affectées si des millions d’étrangers originaires

d’Afrique et du Maghreb ont leur mot à dire sur la vie quotidienne de la cité ?

Comment ne pas comprendre que c’est ouvrir un boulevard aux partisans du communautarisme,

qui plus est un communautarisme dorénavant agressif et vindicatif ?

*

Il semble que le bon sens ne soit pas une qualité répandue chez nos responsables politiques.

Pourtant, l’une des tâches nobles du politique est de maintenir et entretenir l’unité de la Nation

laquelle ne peut exister qu’à la condition que la société possède un minimum de cohérence interne.

Il serait donc temps non seulement de cesser d’accepter mais de revenir

sur cette multitude d’accommodements sans fin imposés en fait à la société française

alors que c’est à celui qui est accueilli de s’adapter à sa nouvelle vie et non pas à celui qui le reçoit.

Car en acceptant ces dérives, nos responsables politiques encouragent la surenchère

avec des revendications inacceptables et insupportables qui ont conduit, entre autres

– c’est tout de même ahurissant –

à introduire des méthodes barbares dans l’abattage des animaux contraires à nos traditions

et aux principes d’une société civilisée,

ou à ce que nos lois ne soient pas appliquées partout car non acceptées par certains.

*

C’est ainsi qu’une crise identitaire est imposée à notre nation, car c’est bien de cela dont il s’agit.

Elle n’aurait jamais dû se produire si nos responsables politiques avaient œuvré,

et ce, depuis une quarantaine d’années, pour le bien commun et dans l’intérêt de la Nation.

Et le bon sens voudrait que l’on rappelle ou que l’on apprenne

à cette immigration extra-européenne que la misère dans laquelle elle vivait

avant de rejoindre notre pays est en grande partie la conséquence de sa culture fermée

à la connaissance et au progrès.

La suite logique est qu’elle doit en prendre conscience et décider de s’intégrer à la société

qui l’a accueillie et qui lui offre des conditions de vie enfin décentes.

Elle doit se fondre dans la masse, comme d’autres l’ont fait, pour réussir sa nouvelle vie

et donner à ses enfants des perspectives de réussite dans une nouvelle culture

qu’elle doit progressivement adopter pour y inscrire sa descendance.

Et celui qui refuse ce pacte, n’a pas sa place chez nous.

*

Encore faudrait-il que l’école abandonne un système insensé et suicidaire

qu’elle applique et maintient depuis une quarantaine d’années

et qui constitue un frein puissant à l’intégration des jeunes immigrés

malgré les avis successifs émis par le Haut Conseil à l’Intégration et curieusement ignorés.

C’est ainsi que notre école prépare des lendemains qui seront difficiles

avec la violence comme seul outil d’expression.

Mais, on l’a bien compris, le problème que pose cette immigration n’est pas tant le pays d’origine

que la culture qui la réunit.

Cette dernière est modelée par l’islam qui est, il faut bien l’admettre,

incompatible avec nos sociétés européennes démocratiques.

D’ailleurs, ces immigrants et même leurs enfants nés dans notre pays

et appelés à devenir français à 18 ans par le droit du sol (90.000 chaque année),

restent viscéralement très attachés à la nationalité du pays d’origine

et à leur religion à laquelle ils font allégeance pour la plupart.

Et les premiers résultats d’une telle politique suicidaire menée par l’Éducation nationale

se sont concrétisés avec les émeutes que le pays a connues en fin d’année 2005.

Elles se reproduiront.

Une dizaine d’années plus tard, les choses se sont aggravées avec les bombes à retardement

que représentent les Merah, Nemmouche, Kelkhal, et autres djihadistes dans nos cités

dont les rangs ne cessent de croître pour atteindre aujourd’hui, il faut être lucide,

plusieurs milliers d’individus potentiellement dangereux.

Comment interpréter le sondage d’ICM Research qui révèle que 27% des 18 à 24 ans

et 22% des 25 à 34 ans dans notre pays ont une opinion favorable à l’État islamique ?

Cela ne doit-il pas interpeller nos responsables politiques

et les amener à en tirer les conséquences en révisant leur vision idyllique et angélique

de cette « France rêvée de 2025 » qui risque de tourner au cauchemar ?

Gouverner, n’est-ce pas prévoir ?

*

Alors une question lancinante taraude les citoyens fidèles à leurs racines

et attachés aux valeurs qui ont fait la France :

combien d’immigrés de culture différente une société peut-elle accueillir

sans rompre son équilibre identitaire, sans mettre en péril son identité et donc son unité ?

Pouvez-vous admettre que les citoyens ne comprennent pas l’intérêt

qu’il y a à favoriser une mutation de notre identité à marche forcée

en accueillant toujours plus d’immigrés de culture différente, voire hostile à la nôtre,

qui plus est alors que d’un simple point de vue financier notre pays ne peut plus se le permettre ?

C’est une simple question de bon sens et non pas une réaction xénophobe

qui serait « entretenue avec malice et malignité ».

Il est vrai que dans notre pays, depuis plusieurs années, la bienpensance

et le politiquement correct règnent dans la tête de la plupart de nos responsables politiques

ainsi qu’au sein d’une grande partie de nos médias incapables de traiter les faits

avec objectivité mais en revanche prompts à se comporter en procureurs et en juges

à l’égard de ceux qui tentent d’alerter sur les dangers qui guettent notre pays

en sonnant le tocsin.

Le cas de l’éviction du journaliste/écrivain Éric Zemmour par une chaîne de télévision e

st symptomatique de cette attitude qui s’apparente à du terrorisme intellectuel.

Mais Chamfort n’avait-il pas affirmé : « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu

et on persécute ceux qui sonnent le tocsin » ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République,

l’expression de ma très haute considération. »

(Général (2s) Antoine Martinez)

|

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

LA CORSE DIT NON A LA RACAILLE !

Posté par lemysterefurtif le 5 janvier 2016

pompier

|

Manifestations pacifiques des corses suite à l’agression de pompiers et de policiers …

|

« Vendredi, vers une heure du matin, un incendie volontaire a été allumé

afin d’attirer les pompiers et les forces de l’ordre vers la cité « Les jardins de l’Empereur »,

sur les hauteurs d’Ajaccio.

Selon les déclarations du Préfet il s’agissait d’un guet-apens.

On a jeté des projectiles divers et deux pompiers ont été sérieusement blessés

par des éclats de verre et des agressions physiques,

ainsi qu’un policier, et des véhicules détruits par une bande de jeunes encagoulés.

Cela a duré près de deux heures. »

|

corses

Il y avait un commentaire avec cette photo trouvée sur le Net 

« si Valls ne comprend pas le message Corse je traduis :

nous voulons la sécurité pour nos pompiers médecins etc . »

|

corse

Une autre voix pour réfléchir encore un peu sur le sujet :

« 04/01/2016 

Retour sur les événements qui se sont déroulés durant la trêve des confiseurs en Corse.

Au delà des faits abondamment commentés, le soulèvement des Corses contre la racaille

appelle en effet plusieurs réflexions.

Racisme, invectives ! De Corse-Matin à Taubira, de Caseneuve à Juppé,

le pouvoir n’a pas eu de mots assez durs pour stigmatiser les événements d’Ajaccio.

Même Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni se sont mêlés au chœur des vierges.

Attention messieurs de ne pas tomber dans la « pulitichella », la politique magouilleuse.

A rechercher la respectabilité des notables, vous finiriez comme Tsipras, par vous renier.

Ces événements valent mieux que le sort que la presse et les politiques leur ont fait

et méritent une analyse sérieuse.

µ

D’abord ces manifestations ont constitué un mouvement de masse :

600 personnes à Ajaccio, 1 % de la population, c’est 8 000 personnes dans la rue à Marseille

et 20 000 à Paris. Pas mal pour un mouvement spontané,

appelé ni soutenu par aucune organisation politique.

Ensuite, ce mouvement n’était pas une émeute, une simple turgescence, un prurit adolescent.

Il s’est inscrit dans une durée, quatre jours de mobilisation ayant réuni jeunes et vieux.

C’est le mouvement d’une population.

Enfin, c’était un soulèvement clair qui a désigné son ennemi,

les Musulmans qui occupent les hauteurs de la ville.

Les Ajacciens ne se sont opposés aux gendarmes que parce que ceux-ci s’interposent

entre la racaille et le peuple que l’occupation de son territoire exaspère.

« Cassez-vous sales Corses, on est chez nous ici !» criait la racaille aux pompiers

(Le Parisien du 29/12/15).

Le mouvement est dans son essence un soulèvement d’autodéfense nationale.

C’est parce qu’ils sont Corses que les pompiers et qu’un agent de sécurité ont été attaqués.

La riposte du peuple d’Ajaccio s‘inscrit dans une histoire déjà longue.

Elle a débuté à Aléria ; il s’agissait de défendre les intérêts des Corses expropriés de leur terre

au profit des Pieds Noirs.

Elle s’est poursuivie avec les campagnes à Droga Basta et à Droga Fora.

Défendre ses enfants contre la racaille qui dealait de la drogue devant les collèges

et les Lycées Corses, Lahkdar Oueslati, condamné le 31 juillet 2014 à 3 années d’emprisonnement

pour trafic de stupéfiants, ou Ali Balil, qui dealait cette année devant le collège Laetitia Bonaparte ;

ceux sont les mêmes que ceux qui vendredi ont tenté de lyncher des pompiers Corses.

Ce soulèvement a un but : protéger l’intégrité physique et morale du peuple corse.

Il nous appelle à l’imiter en France, à organiser l’autodéfense nationale.

*
Ce mouvement nous dit aussi qu’il y a belle lurette que les Corses n’attendent plus de l’État

que celui-ci les défendent.

Ils savent qu’entre eux et les étrangers, la Clique Antinationale Taubira, Caseneuve, Belkacem,

choisira toujours les seconds.

Nous aussi, nous devons nous défaire de cette illusion que l’État vendu au cosmopolitisme

défendra les Français contre les hordes étrangères qu’il a installées chez nous.

De même qu’il a choisi lors de la Manif pour Tous, les homos plutôt que la famille,

il interdit à Béziers l’organisation d’une garde municipale.

Les Corses nous démontrent que la défense de notre intégrité et notre identité

ne dépend que de nous et que le pouvoir sera notre adversaire.

Enfin, les Corses nous disent cette chose simple et belle :

la Loi, chez nous, c’est nous qui la faisons. Nous ne laisserons pas les étrangers nous la dicter.

En s’attaquant à une salle de prière, Ajaccio nous fait percevoir une continuité ;

La Mosquée et la cave où sont planquée came et Kalachs sont 2 pièces d’une même maison ;

il n’y a pas les Musulmans d’une part et la racaille de l’autre.

Il y a une population étrangère qui entend le rester et qui rejette,

sous des formes différentes, plus ou moins agressives selon l’âge,

notre Culture, notre mode de vie, notre identité.

Il faut donc se faire à cette idée qui doit déterminer nos luttes à venir

qu’il n’y a pas de différence de nature entre un musulman, une racaille de cité, un islamiste ;

Entre un musulman et un islamiste, la seule différence, c’est le passage à l’acte.

Il peut intervenir à tout moment.

Cette unité substantielle nous interdit tout tri entre bons et mauvais musulmans

et ne nous ouvre qu’une seule voie, celle de la Remigration. »

|

(Gilles Naudet)

|

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

2016 SOYONS DONC VIGILANTS !

Posté par lemysterefurtif le 3 janvier 2016

coule

|

« Les bateaux ne coulent pas à cause de l’eau autour d’eux,

ils coulent à cause de l’eau qui rentre à l’intérieur. »

|

Soyons donc vigilants concernant ce,  ou  ceux,  que nous acceptons chez nous.

Soyons donc vigilants concernant les idéologies que nous laissons pénétrer dans nos esprits

ou dans nos pays !

Soyons vigilants à toujours rester dans le Chemin qui mène à un mieux être

pour tous les règnes de la Planète !

Ayons le courage de rejeter tout ce qui a visage de lâcheté, d’horreur, d’atrocité

et de privation de liberté !

Ayons la fierté de défendre les fondements de notre actuelle et occidentale civilisation.

contre les barbares d’un autre âge !

Ayons la fraternité d’épauler ceux de la foi islam, ou d’autres,  qui veulent retrouver

leur juste droit à une vie libre et plus démocratique,

et où les femmes, surtout,  ne seraient plus considérées comme d’inférieurs objets 

mais seraient libres de leur destinée !

Retrouvons le courage de nos ancêtres qui se sont battus,

pour nous apporter la paix et la liberté

dont nous jouissons paresseusement aujourd’hui !

Ayons l’Honneur de défendre nos pays contre l’idéologie mondialiste qui tuent les humains,

les animaux et la Nature,

au seul argument d’un profit financier pour cette toute petite élite

qui s’estime bien au-dessus des lois du commun des mortels !

Ayons la Foi en un monde meilleur dans nos Esprits !

Ayons la Paix chevillée dans nos désirs !

2016 … osons être fiers de nos pays, malgré tout ce qu’on nous en dit,

soyons fiers de nous aussi !

Colmatons les fissures par où peuvent rentrer les malsaines idéologies,

les mauvaises gens qui ne veulent qu’imposer leur civile ou religieuse barbarie !

Protégeons et améliorons notre Culture !

Allons vers le haut et ne nivelons surtout plus vers le bas !

Le futur de notre humanité est en cela.

|

 

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

LA FRANCE C’EST QUOI ?

Posté par lemysterefurtif le 30 décembre 2015

fr

|

« La France, c’est une idée de la vie.

Ce n’est pas un ensemble de « races » composites.

C’est un territoire où la Vie permet un certain cheminement d’idée. »

(auteur ?)

|

La France c’est un Chemin de vie à protéger.

C’est un chemin qui refuse de dire aujourd’hui que la femme est une sous-race

ou une esclave ou juste rien.

C’est un chemin du droit à l’éducation.

C’est un chemin où on sait qu’on devra  travailler sur la Fraternité,

la protection des plus faibles et  la Charité.

La France c’est un pays qui porte haut la flamme de la Liberté

et de l’insoumission.

La France c’est un pays de nobles traditions,

celle de la chevalerie qui a toujours su protéger le pays,

celle de la paysannerie qui a toujours su entretenir et conserver le territoire,

celle de la gastronomie, qui a toujours su amener au firmament du goût

le bien manger cher aux français,

celle du bien parler, du bien écrire, du bien dire et du bien penser,

celle de la raillerie, de la gouaillerie,   de la caricature …

celle du travail bien fait qui élève l’esprit,

celle du désir d’excellence dans la poterie, la joaillerie, la mode, l’art …

La France c’est aussi un territoire riche de millions de gens

et anoblit par une Nature foisonnante, diversifiée et apaisante.

La France, c’est comme un magnifique désir de bien vivre ensemble

dans la paix et la fraternité.

C’est là,  la France qu’il aurait fallu protéger et amener vers l’Avenir.

*

Dommage c’est raté !

Aujourd’hui,  c’est  France poubelle,  France misère,

France « vote mais ferme ta gueule »,

 France,  soumet-toi aux diktats de politiciens d’ailleurs,

France,  détruit tes racines,  ton patrimoine, ton Histoire et ta Culture,

  France du à bas le patriotisme du peuple, 

vive les idéologies de certains étrangers qui veulent la submerger,

France du à bas la chrétienté et de ses nobles traditions qui unissaient le peuple,

vive les coutumes d’ailleurs même si elles sont contraires aux valeurs de notre pays,

France de la guerre, 

France qui donne des leçons au monde entier

mais qui établit des alliances douteuses avec des pays aux moeurs barbares

qui n’ont jamais eu que mépris et haine pour notre vie, notre Culture et notre Pays,

France de la destruction de la Nature,

France de la barbarie vis-à vis des animaux,

France du nivellement par le bas,

France du n’importe quoi dans l’éducation,

France de la valorisation du mécréant, du voleur, du dealer, du malhonnête, du stupide,

France  … qui meurt …

au profit d’une idéologie qui veut une mondialisation à tout prix,

et à n’importe quel prix surtout,

même si cela demande l’éradication du chemin français fait de râleurs et d’insoumis

qui ont choisi,  un jour,  le chemin de la Liberté et du droit à une vie égale pour chacun

plutôt que celui de la soumission à un état de caste politique ou religieuse.

Cela est-il donc sans espoir ?

Pas sûr … les français ont beaucoup dormi, on les a beaucoup endormi.

Devant les évènements qui ont cours aujourd’hui,  un vrai sursaut de survie

a pointé le bout de son nez,

le réveil « patriotique » est en marche.

Gagnera-t-il contre la marche rétrograde où on veut nous emmener ?

Oui.

La France a encore une Noble mission dans le prochain monde.

Toutes les prophéties le disent.

Tous les courants peu à peu le précisent.

Le réveil vers une France rayonnante est notre espoir !

Il sera.

|

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

LETTRE AU MINISTRE

Posté par lemysterefurtif le 28 décembre 2015

france

|

Pour réfléchir sur l’état de la France aujourd’hui …

|

Lettre ouverte de Roger Holeindre à Manuel Valls à la suite des attentats de Paris

« Monsieur le Premier Ministre,

J’ai attendu avec patience la fin des trois jours de deuil national pour vous envoyer cette lettre,

car je ne voulais pas vous donner l’occasion de m’insulter,

comme vous avez l’habitude de le faire depuis des mois,

en accusant les français de droite de ne pas aimer leur pays.

Si comme la totalité de mes amis, je suis pour l’UNION SACRÉE face aux tueurs islamistes,

je crois n’avoir aucune obligation d’obtempérer à vos ordres,

car vous faites partie des hommes du gouvernement qui sont responsables

de la situation désastreuse dans laquelle se trouve notre pays.

En effet, c’est votre politique laxiste, sectaire, et antichrétienne

qui a fait des enfants de France des APATRIDES,

non seulement ceux venus de l’immigration,

mais aussi ceux nés ici, de parents et de grands-parents “Français de souche”…

terme qui ne vous plait pas.

Faisant suite aux décisions suicidaires de M. Sarkozy,

vous avez, avec entrain, continué à démolir l’armée française, et à vendre ses biens…

tout en lui demandant de plus en plus d’efforts…

pour en arriver à déclarer la guerre à un ennemi…

que vous n’avez même pas le courage de nommer sciemment.

Pas d’amalgame ! dites-vous en ne prenant d’ailleurs que des demi-mesures,

car les annonces ronflantes du Président de la République

quant au renforcement de nos armées, de la police, de la douane, etc…

ne sera en fait réalisable que dans les mois, voir les années qui viennent.

D’après vous, notre pays, endetté à hauteur de 2 000 milliards d’euros,

peut encore accueillir tous les “faux réfugiés politiques”

qui passent nos frontières sans problème…

puisqu’il parait (sic) que l’on ne peut les arrêter,

avec, bien sûr, en plus, un contingent de futurs terroristes que drive l’État Islamique,

super organisé… financièrement… politiquement…

et, surtout, en matière de propagande, c’est-à-dire la guerre psychologique

à laquelle la gauche ne croit pas, sauf quand il s’agit d’abrutir les Français.

Jamais, en effet, les médias n’ont été autant à la botte d’un pouvoir

qui n’hésite pas à déclarer fausses, des déclarations officielles… à tronquer des phrases.

L’affaire Morano étant un récent exemple frappant.

De même était-il nécessaire, sinon pour des raisons purement électorales,

d’annoncer urbi et orbi… de possibles attaques chimiques et bactériologiques…

Si nos ennemis n’y avaient pas songé… les voilà avertis !

N’importe quel récipient abandonné dans un recoin de rue, ou dans un transport en commun…

sèmera aussitôt la panique.

Il suffira qu’un abruti crie… Attaque chimique !… Attaque chimique !…

pour… cent fois plus qu’à la République, la foule se carapate

et déclenche un sauve-qui-peut général… en abandonnant ses pancartes… “Même pas peur !”

Est-il aussi nécessaire… qu’au moment où l’on parle d’armer les polices municipales

et de permettre aux policiers nationaux de porter leurs armes hors service…

qu’un préfet en exercice vienne à la télé, à plusieurs reprises,

déclarer que lors de l’intervention en Seine-Saint-Denis, les forces de l’ordre ont utilisé

contre 8 terroristes… 5000 cartouches… ont croit rêver !

Ancien instructeur guérilla-anti-guérilla… je peux affirmer que cela est aberrent,

et que si demain, comme cela est possible, nous sommes confrontés à une vraie guerre,

il faudra faire suivre nos troupes à pieds par des camions de munitions.

Je suis étonné aussi de ne jamais entendre notre Président “Normal” remercier nos généraux…

qui malgré tous les problèmes… logistiques… financiers… matériels… humains…

qui leur tombent sur la tête, réussissent le tour de force de maintenir une armée,

digne, fière, motivée,

Il est vrai (mieux vaut en rire) que le Chef des armées c’est le Président de la République,

qui compte bien sûr, sur ce genre de bobard pour gagner les élections à venir.

Il est étonnant de ne jamais entendre dire… que les principaux responsables de l’état d’esprit

dans lequel était en train de sombrer la France, est en tout premier lieu,

le million de fonctionnaires de l’Éducation nationale,

chiffre que les socialistes veulent encore augmenter…

alors qu’en plus… les effectifs de cette entreprise de démolition de la patrie,

constamment en crise… en restructuration…

fournissent chaque année un nombre incroyable d’analphabètes…

de gosses ne sachant ni lire, ni écrire,

et même dans les banlieues des gosses inassimilés… haïssant la France.

Je pense que pour trouver un peu d’argent pour renforcer notre armée,

il faudrait, simplement, déjà, supprimer 50 % des détachés syndicaux à plein temps

de cette Éducation… dite “nationale”…

ce qui représenterait… dix régiments d’infanterie, au minimum.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, Monsieur le Premier Ministre, que la réaction populaire

à ces incroyables tueries, identiques à celles que pratiquait le FLN en Algérie,

a été digne, patriotique, et a révélé que le peuple de France ne veut pas aller

où vous essayez de l’entraîner.

Vous, en janvier, prenant les choses en main avec vos stipendiés des médias,

vous en êtes arrivé avec vos “charloteries” a expliquer que les foules

qui étaient descendues dans les rues de nos villes… étaient là pour dire “non” à l’islamophobie…

Il faut quand même le faire !

Aujourd’hui, le peuple de France s’est nettement prononcé pour un véritable sursaut national,

et je suis certain qu’il a étonné le monde, par sa tenue digne et fière,

prouvant ainsi qu’il n’est en rien Charlie !

Le Président de la République et vous-même… pensez surtout à une seule chose…

Comment vous servir de l’état d’urgence pour combattre la vraie droite de notre pays,

que, bien sûr, vous classez avec l’aide des médias à votre botte… à l’extrême droite.

Celle-ci, d’ailleurs, profiterait des problèmes de notre pays…

oubliant que lesdits problèmes n’existent que de votre fait, ayant par des racontars éhontés,

réussit à faire croire… que la France était un pays raciste…

ce qui est totalement faux, quoi qu’en dise Mme Taubira, indépendantiste Guyanaise,

dont le programme électoral, que j’ai lu, ne comporte pas une seule fois le mot “France”.

Déjà, au nom de la soi-disant laïcité, les catholiques de France sont jetés aux chiens.

Pour complaire à un islam qui n’est en rien pacifiste et tolérant,

vous exigez… que nos racines chrétiennes se fassent de plus en plus discrètes.

J’ai de nombreux, de très nombreux amis de couleur.

Bizarrement, ces amis aiment la France et la respectent.

J’ai longuement servi dans l’armée coloniale… Je n’y ai jamais vu le racisme

que vous prétendez combattre, allant jusqu’à jeter dans le tonneau des Danaïdes de nos finances,

80 millions d’euros pour un musée de l’esclavage en Guadeloupe,

alors que cet argent aurait été mieux employé pour construire dans les Dom-Tom,

des écoles hôtelières, des écoles agricoles, et en métropole,

dans les quartiers que vous avez abandonnés hier aux “grands frères”,

des troupes scouts prônant, non pas les valeurs faisandées de votre République,

mais celles de la France deux fois millénaire.

Voilà, Monsieur le Premier Ministre, ce que je voulais vous dire

au nom de tous ces gosses de vingt ans que j’ai vu tomber pour la France…

avec honneur… courage… loyauté,

et même, très souvent… une certaine gouaille… à la française !

Veuillez croire, Monsieur le Premier Ministre, à mon incroyable consternation. »

|

(Roger Holeindre)

Président du Cercle National des Combattants, Ancien Député

roger-holeindre|

 

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

COMMENT ETOUFFER LA REVOLTE

Posté par lemysterefurtif le 27 décembre 2015

222

|

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente.

Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées.

Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant

que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance

en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation,

pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle.

Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité

et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres,

moins il peut se révolter.

Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste.

Que le fossé se creuse entre le peuple et la science,

que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

Surtout pas de philosophie.

Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe :

on diffusera massivement, via la télévision,

des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif.

On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique.

Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante,

d’empêcher l’esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains.

Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence,

de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée,

d’entretenir une constante apologie de la légèreté ;

de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain

et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration,

que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système

et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau,

et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau.

Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement,

ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée

comme subversive et terroriste

et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels.

On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif :

il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir ».

|

(Serge Carfantan )

|

Publié dans FRANCE | Commentaires fermés

1...2526272829...32
 

Chersue |
Xoxounefille |
Adiction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reve2liberte
| Journaldesdefis
| Coquettes