• JE VEUX REFLECHIR

    JE VEUX REFLECHIR

  • "QUE CHACUN RAISONNE
    EN SON ÂME ET CONSCIENCE,
    QU'IL SE FASSE UNE IDÉE
    FONDÉE SUR SES PROPRES LECTURES
    ET NON D’APRÈS
    LES RACONTARS DES AUTRES."
    (Einstein)

  • "N'ESSAIE PAS D'ÊTRE
    UN HOMME DE SUCCÈS,
    ESSAIE PLUTÔT D'ÊTRE
    UN HOMME DE VALEUR."
    (Einstein)

  • " 2 CHOSES SONT INFINIES :
    L'UNIVERS
    ET
    LA BÊTISE HUMAINE."
    (Einstein)

  • "IL EST PLUS FACILE
    DE DÉSINTÉGRER UN ATOME
    QU'UN PRÉJUGÉ."
    (Einstein)

  • "PEU SONT CAPABLES
    D'EXPRIMER POSÉMENT
    UNE OPINION DIFFÉRENTE
    DES PRÉJUGÉS DE LEUR MILIEU."
    (Einstein)

  • "C"EST LA PERSONNE LIBRE ET CRÉATRICE
    QUI FAÇONNE LE BEAU ET LE SUBLIME
    ALORS QUE LES MASSES
    RESTENT ENFERMÉES
    DANS UNE RONDE INFINIE
    D’IMBÉCILITÉ
    ET D 'ABRUTISSEMENT."
    (Einstein)

INTERVIEW 1ère DAME DE SYRIE

Posté par lemysterefurtif le 19 octobre 2016

 

Image de prévisualisation YouTube

|

Asma el-Assad,  la femme de Bachar el Assad,  a accordé une interview exclusive

après un silence de huit ans.

*

« Les médias occidentaux ont décidé de se concentrer sur ces tragédies

car elles correspondaient à leur agenda.

C’est l’Occident qui a divisé nos enfants qui prennent part au conflit

en fonction des orientations politiques de leurs parents. »

*

«On a déjà beaucoup parlé de la situation humanitaire en Syrie.

Mais il est difficile de décrire toute la gravité de la situation.

Les gens déplacés, la misère, les maladies, les souffrances – c’est sans précédent.

L’ironie est que les médias occidentaux préfèrent se focaliser uniquement

sur la difficile situation dans laquelle se trouvent les réfugiés

et les gens qui vivent sur les territoires contrôlés par les groupes armés,

tandis que la majorité des gens déplacés habitent [sur le territoire contrôlé par le gouvernement].

Et ces gens sont aussi importants que les autres», a ajouté la première dame de Syrie. »

|

syrie

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

LES USA VEULENT LA GUERRE

Posté par lemysterefurtif le 18 octobre 2016

hol1 HOL

|

A l’heure où tout est fait pour envenimer la situation en Syrie …

A l’heure où les USA font tout ce qu’ils peuvent pour renverser Poutine …

A l’heure où un bateau de la marine chinoise est opérationnel vers la Syrie …

A l’heure où notre président n’a de cesse que de faire condamner Poutine et Bachar el Assad …

comme le veut le gouvernement Obama …

A l’heure où nous devrions tout faire pour désenvenimer ces guerres au Moyen Orient…

A l’heure où nous devrions,  aussi et surtout,  nous préoccuper de la situation dramatique

de notre propre pays, de notre propre civilisation, de notre propre peuple …

il peut être bon de réfléchir à ce texte :

|

« Votre résistance, européens, est admirable:

Envahis par des centaines de milliers de personnes ne partageant ni ne respectant

ni votre mode de vie ni votre culture,

chaque jour agressés, violés, bafoués, humiliés, tués,

aveuglés au point de ne pas voir

que vos gouvernements non seulement ne vous défendent pas

mais défendent ceux qui vous envahissent,

vous restez passifs, ne pensant qu’à profiter des quelques restes

de ce que fût votre confortable mode de vie d’il y a quelques dizaines d’années.

*

Et pourtant, tout ceci n’est rien à côté de ce qu’il se pointe à l’horizon,

à un horizon proche, très proche!

Peuples d’Europe, ne voyez-vous pas que vos gouvernements vous entrainent

vers une guerre voulue, décidée et organisée par les Etats-Unis ?

Tout se met en place, tout est quasiment déjà prêt pour que les américains

attaquent les troupes Russes en Syrie et/ou aux frontières européennes,

point de départ d’un conflit généralisé.

Vous êtes membres de l’OTAN, vous devrez donc participer à cette guerre

et en payerez alors les conséquences:

Le déferlement des chars et l’assaut des parachutistes Russes,

la mise hors service de vos infrastructures civiles (Eau, électricité, transports)

fera passer l’invasion des « migrants » pour une douce plaisanterie !

*

Tout comme pour les « sanctions » contre la Russie

qui en fait  profitent largement aux entreprises américaines

alors que vos entreprises européennes en sont lourdement pénalisées,

vous allez participer à une guerre qui n’est faite que dans l’intérêt des américains !

La propagande anti-Russe qui vous est servie par chacun de vos media

ne sert qu’à vous endormir et à vous faire accepter l’inacceptable.

*

Vos gouvernements pour la plupart ne sont soutenus que par une infime minorité de citoyens,

alors que vos pays sont censés être des « démocraties » !

L’heure pour vous n’est plus à attendre d’hypothétiques changements électoraux:

Les années passées démontrent avec éclat que vos élections n’amènent aucun réel changement.

Vos classes politiques sont noyautées par le lobby américain

dont le seul intérêt est de profiter de votre faiblesse

et de vous utiliser pour contrer les rares pays qui osent encore résister à sa volonté d’hégémonie.

Vous devez prendre votre destin en main:

Il ne tient qu’à vous de renverser vos gouvernements pour porter à votre tête

des hommes et des femmes qui ne se laisseront pas manipuler par Washington !

Qu’attendez-vous?

Lorsque les missiles s’abattront partout en Europe,

lorsque vos maisons seront détruites et vos familles décimées, il sera alors trop tard:

Vous payerez le prix imposé par Washington, prix que vous aurez accepté par votre passivité !

*

La Russie ne veut pas la guerre et l’a clairement montré

en ne répondant pas aux multiples provocations militaires ces dernières années

tant dans l’est de l’Europe qu’en Syrie.

|

Mais les limites ont désormais été franchies par les américains qui chaque jour

profèrent de nouvelles menaces et se préparent à passer à l’attaque.

Nous riposterons, nous défendrons nos concitoyens, notre territoire et nos Alliés.

Nos forces militaires sont prêtes, notre Peuple est prêt.

Et vous, Peuple d’Europe, êtes-vous prêt à mourir pour satisfaire les rêves

des mégalomanes de Washington?

Le temps presse!

Des révolutions en Europe pourront contrarier les plans américains

et la guerre sera, peut-être évitée!

Dans tous les cas, vous n’aurez pas à y participer aux côtés des Etats-Unis.

Vous avez, c’est certain, des hommes et des femmes capables

de prendre votre destin en main:

Portez-les à la place des voyous et crapules qui vous gouvernent

avant qu’il ne soit trop tard!

Le temps presse! »

|

(Internaute)

|

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

LA VERITE SUR ALEP-SYRIE

Posté par lemysterefurtif le 17 octobre 2016

Image de prévisualisation YouTube

|

syr

« Bien qu’elle ait débuté en mars 2011 en Syrie,

la guerre n’a vraiment atteint la ville d’Alep qu’en juillet 2012

quand les « rebelles » armés ont occupé quelques quartiers à l’Est de la ville

provoquant un déplacement de 500,000 personnes qui ne voulaient pas vivre

sous le contrôle des islamistes.

Depuis, la ville est divisée en deux parties : la partie Est qui représente 25% de la superficie

et qui ne compte plus aujourd’hui que 200,000 habitants

– les autres habitants se sont réfugiés [à l’arrivée des groupes armés, ndlr]

dans la partie Ouest d’Alep sous la protection de l’Etat syrien,

ce qui représente 75% de la superficie et compte un million et demi de personnes. »

*

« Depuis 2012, les rebelles islamistes lancent quotidiennement des obus de mortiers

et des bonbonnes de gaz remplies de clous et d’explosif sur les quartiers d’Alep

causant des décès et des blessés graves.

De plus, ils ont coupé l’approvisionnement en eau de la ville depuis 2 ans

(les autorités ont dû forer 300 puits en pleine ville pour remplacer l’eau courante) ;

et ont aussi arrêté l’alimentation de la ville en électricité.

Ils ont à plusieurs reprises imposé le blocus d’Alep-Ouest

avec l’arrêt du ravitaillement de la ville en produits alimentaires, essence, fioul etc.

provoquant des pénuries très graves.

Les médias en Occident ne montrent que des images d’Alep-Est avec les destructions,

les souffrances des personnes et l’indignation de la communauté internationale.

Par contre, rien n’est dit sur les souffrances des habitants d’Alep-Ouest,

leurs morts et blessés des suites des bombardements lancés par les rebelles. »

*

« De notre côté, nous refusons les actes de guerre inhumains,

nous dénonçons les crimes de guerre, nous sommes révoltés par toutes les souffrances

mais nous sommes aussi indignés par le traitement partial et biaisé

de la guerre d’Alep par les médias.

Tous les Syriens et particulièrement les Alépins n’aspirent qu’à la paix.

Ils ont la nostalgie de leur beau pays, stable, sûr, prospère et laïc d’avant la guerre.

Personne ne veut vivre sous un régime islamiste et tout le monde veut que cette guerre 

– qui a fait 300’000 victimes, le double de blessés et d’amputés,

8 millions de déplacés, 3 millions de réfugiés

pour une population de 23 millions

[près de 9 millions de Syriens se sont enfuis dans les zones contrôlées par le gouvernement, ndlr]

 – s’arrête par un processus politique et négocié. »

(Nabil Antaki)

|

stop

« Les quartiers est de la ville syrienne d’Alep sont complètement bloqués par les terroristes:
ils ne laissent passer personne en direction des couloirs humanitaires,
se servant des femmes et des enfants comme d’un véritable «bouclier humain».

Aucun civil n’a le droit d’utiliser le point de contrôle à Alep:

ni ceux qui ont besoin d’une aide médicale, ni les femmes, ni les enfants.
Douze personnes ont réussi à utiliser un de ces points de contrôle,
mais suite à cela, les groupes d’opposition ont renforcé la sécurité
afin d’empêcher les gens de s’approcher des couloirs humanitaires.

https://fr.sputniknews.com/international/201610151028208559-civils-aide-humanitaire/

|
syr1

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

CE QUE DIT MR POUTINE

Posté par lemysterefurtif le 15 octobre 2016

poutine

|

« Maintenant, concernant l’aspect humanitaire autour d’Alep.

Est-ce que nous avons donc oublié comment l’aviation américaine

avait frappé un hôpital en Afghanistan en tuant notamment le personnel

de Médecins sans frontières ?

Des centaines de personnes, d’invités à des fêtes de mariage,

ont été supprimées en Afghanistan.

Et aujourd’hui qu’est-ce qui s’est passé au Yémen ?

Une seule frappe et 170 personnes tuées et 500 blessées lors d’une cérémonie funèbre »,

a fustigé M. Poutine.

« Partout où ont lieu les combats, malheureusement les personnes absolument innocentes

meurent et souffrent.

Mais nous ne pouvons pas permettre aux terroristes de faire des populations

un bouclier humain

et ne pouvons pas leur permettre de faire chanter le monde entier

lorsqu’ils prennent quelqu’un en otage, lorsqu’ils tuent, lorsqu’ils décapitent »,

a-t-il poursuivi.

« Si nous voulons mener le combat contre le terrorisme jusqu’au bout,

il faut les combattre et non pas se laisser mener par la bride,

ne pas s’incliner et ne pas reculer. »

|

La trêve en Syrie  
 « Tout récemment, nous nous sommes mis d’accord sur le fait
qu’un cessez-le-feu serait déclaré,

sur un jour D comme disaient nos amis américains.

J’ai insisté pour qu’ils résolvent d’abord le problème de séparation du Front al-Nosra

et des autres terroristes de la partie saine de l’opposition

et qu’après ça, on décrète un cessez-le-feu », a commencé le président.

Pourtant, les États-Unis ont affirmé qu’il fallait d’abord déclarer un cessez-le-feu

et qu’après ils allaient résoudre le problème de séparation

entre les terroristes et les non-terroristes.

« Finalement, nous avons accédé à leurs désirs,

nous avons accepté et le 12 septembre a été décrété jour de silence, d’arrêt des combats.

Mais le 16 septembre, l’aviation américaine a frappé l’armée syrienne en faisant 80 morts ».

|

 
« Au même moment, tout de suite après la frappe aérienne, Daech

— là il s’agit déjà de Daech — est passé à l’offensive sur ce tronçon-là.

Nos collègues américains nous ont dit que c’était une frappe par erreur.

Mais cette erreur a conduit à la mort de 80 personnes.

C’est la première chose.

Et la deuxième chose, c’est que c’est peut-être aussi par hasard

que Daech est passé à l’offensive tout de suite après ces frappes »,

a fait remarquer M. Poutine.

En même temps, au niveau le plus bas, au niveau opérationnel,

un militaire américain a raconté qu’ils avaient préparé cette frappe pendant plusieurs jours.

Comment est-ce qu’ils ont pu frapper par erreur s’ils l’avaient préparé pendant plusieurs jours ?,

s’est interrogé le président.

« Nos accords de cessez-le-feu ont donc été compromis.

Qui les a compromis ? Est-ce que c’est nous ? Non ».

|

L’accord avec Bachar al-Assad

« Nous nous sommes mis d’accord avec le président Assad,

il a accepté d’emprunter la voie de l’adoption d’une nouvelle constitution

et à organiser des élections sur la base de cette constitution.

Or, on ne parvient à en convaincre personne », a déploré M. Poutine.

Si le peuple ne vote pas pour le président Assad,

le pouvoir sera changé par voie démocratique,

et ceci non pas au moyen d’ingérence armée extérieure,

mais sous un strict contrôle international, sous le contrôle de l’ONU.

« Je ne comprends pas que cela puisse ne pas arranger qui que ce soit :

c’est un instrument démocratique de règlement du problème du pouvoir.

Cependant, nous sommes toujours optimistes

et nous espérons réussir à persuader nos collègues et partenaires

que c’est l’unique moyen de régler le problème ».

|
Article entier à lire sur :
|

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

ÒBAMA PRIX « NOBEL » DE LA GUERRE ?

Posté par lemysterefurtif le 13 octobre 2016

ob

|

« Il était le candidat qui voulait mettre fin à la guerre en Irak

et pourtant, jamais un président américain n’a été en guerre aussi longtemps.

Le New York Times revient sur les huit années de présidence Obama

et indique que «si les États-Unis restent au combat en Afghanistan, Irak et Syrie

jusqu’à la fin de son mandat [...] il deviendra de façon assez improbable

le seul président dans l’histoire du pays à accomplir deux mandats entiers

à la tête d’un pays en guerre».

Franklin D. Roosevelt, Lyndon Johnson, Richard Nixon ou encore Abraham Lincoln

ne peuvent pas en dire autant. »

*

En plus de la guerre en Afghanistan, les auteurs ont pris en compte les guerres

menées par les drones au Pakistan, en Somalie et au Yémen,

 la lutte contre Daech en Irak et en Syrie,

ainsi que deux autres «missions de conseils et d’assistance»,

au Cameroun contre Boko Haram, et en Ouganda, contre la LRA de Joseph Kony.

(Slate.fr)

|

Faut-il rappeler qu’il y a déjà eu

entre 1,3 million et 2 millions de civils tués par les opérations militaires américaines,

en Afghanistan, au Pakistan et en Irak.

Alors Obama prince de la paix ?

|

 

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

USA = PEUPLE DESTRUCTEUR ?

Posté par lemysterefurtif le 12 octobre 2016

 guerreus

|

« Les États-Unis ? C’est un peuple qui a sans arrêt détruit l’autre.

Ils se sont battus entre eux, ils ont détruit les Indiens, après ils ont fait l’esclavage,

puis il y a eu la guerre de Sécession »,

« Après ce sont eux (les Américains) les premiers qui ont utilisé la bombe atomique.

Partout où ils passent, ils font des foyers de merde.

Non, je préfère être russe »

…|

« Et puis si les Européens arrêtent d’écouter ces Américains,

eh bien je serai plus heureux, voilà »

(Gerard Depardieu)

|

hylary

« Quel est « le cancer de l’extrémisme violent » :

l’EIIL, qui a décapité quatre journalistes, ou bien Washington,

qui a bombardé sept pays au cours du XXIe siècle,

assassinant des centaines de milliers de civils et causant des millions de réfugiés ?

Qui est le pire terroriste : l’EIIL, un groupe qui redessine les frontières artificielles

créées par les colonialistes britanniques et français,

ou bien Washington et sa doctrine Wolfowitz,

à la base de la politique étrangère des États-Unis,

qui proclame que l’objectif principal de Washington est l’hégémonie américaine sur le monde ?

L’ElIL est la création de Washington.

L’ElIL est formé des djihadistes dont Washington s’est servi

pour renverser Kadhafi en Libye puis a envoyé en Syrie pour renverser Assad.

Si l’ElIL est une « nébuleuse de la mort », un « étendard du mal »

avec lequel toute négociation est impossible, comme Obama le déclare,

c’est une nébuleuse de la mort créée par le régime d’Obama lui-même.

Si l’ElIL est la menace qu’Obama proclame,

comment le régime qui a créé cette menace peut-il être crédible en menant la guerre contre elle ? »

(PC Roberts)

|

USA = PEUPLE DESTRUCTEUR ? dans GUERRE

 Après le génocide des peuples indiens perpétrés pour voler tout leur territoire

la vie des USA, le rêve que les américains nous ont vendu,

n’aura été, au final,  qu’actes de guerre et de violence …

|

1846 : Mexique. A l’issue d’une guerre qu’ils avaient programmées et provoquées,

les États-Unis s’emparent de la moitié du territoire mexicain.

Ce territoire conquis s’appelle aujourd’hui : la Californie, le Nevada, l’Utah, l’Arizona,

le Nouveau-Mexique, le Colorado (en partie).

1852-1853 : Argentine. Les Marines  débarquent et s’installent à Buenos-Aires

pour protéger les intérêts américains face à une révolution.

 

1853-1854 : Japon. « Plan d’ouverture du Japon » et expédition Perry qui conduit,

avec les navires de guerre américains, à forcer le Japon à ouvrir ses ports aux États-Unis. 

1855 : Uruguay. Les armées américaines et européennes débarquent pour protéger

les intérêts américains au cours d’une tentative de révolution à Montevideo.

1859 : Chine. Intervention destinée à protéger les intérêts des États-Unis à Shanghai.

1893 : Hawaii. Sous couvert officiel de protéger les vies et les biens des américains,

cette intervention visa à mettre en place un gouvernement provisoire sous l’autorité de Sanford D. Dole.

1894 : Nicaragua. Intervention militaire pour protéger les intérêts américains à Bluefields

à la suite d’une révolution.

1898 : Cuba. Sous prétexte de libérer l’île de la tutelle espagnole, les États-Unis s’installent

et imposent une base militaire, la possibilités d’investissements financiers américains

et un droit d’intervention dans les affaires intérieures du pays.

1898 : Porto-Rico, Hawaii, Wake, Guam. Sous prétexte de défaire la tutelle espagnole,

les États-Unis s’installent et imposent une base militaire,

la possibilités d’investissements financiers américains e

t un droit d’intervention dans les affaires intérieures du pays.

1898 : Philippines.  les philippins se soulèvent contre les États-Unis (février 1899),

les États-Unis envoie 70 000 militaires qui mettront trois ans pour mater le soulèvement

(des milliers de pertes humaines).

1903 : Colombie. Les États-Unis fomentent une révolution à l’issue de laquelle ils créent

de toute pièce la République de Panama qui lui assure le contrôle du canal

et des bénéfices qu’il génère.

1914-1918 : Première Guerre Mondiale.

1915 : Haïti. Nouvelle intervention et occupation des troupes américaines pendant 19 ans.

1916 : République Dominicaine. Quatrième intervention et maintien des troupes américaines

pendant 8 ans.

1926 : Nicaragua. Nouvelle intervention et expédition de 5000 militaires pour contrer une révolution.

1940-1945 : Deuxième Guerre Mondiale.

1945 : Début de la Guerre Froide entre les États-Unis et l’URSS.

 dans GUERRE

 

1945 : Japon. Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

1945-46 : Chine. Bombardements.

1947 : Grèce. Les États-Unis livrent 74 000 tonnes de matériels militaires et d’armements

et envoient 250 « conseillers » militaires sur le terrain,

assurant ainsi la victoire des forces de droite en 1949.

1950 : Porto Rico. Les troupes américaines qui stationnent en permanence

écrasent un mouvement d’indépendance. 

1950-1953 : Corée. Les forces armées de la Corée du Nord franchissent le 38ème parallèle

et pénètrent en Corée du Sud. A la « demande » des Nations-Unies,

les États-Unis acceptent d’aider à repousser l’agression armée. 2 millions de coréens

trouvent la mort au cours de cette guerre.

1950-53 : Chine. Nouveaux bombardements.

1953 : Iran. Opération Ajax, un coup d’État orchestré par la CIA est mené par l’armée

et les grands propriétaires fonciers après que les britanniques aient organisés le boycott

des compagnies pétrolières iraniennes suite à leur nationalisation en 1951.

1954 : Guatemala. Opération PBSUCCESS, des mercenaires entraînés par la CIA

au Honduras et au Nicaragua renversent, avec l’aide de l’aviation américaine,

le gouvernement démocratique du président Arbenz Guzman remplacé par une junte militaire

réclamée par Eisenhower.

1958 : Liban. Des milliers de Marines sont envoyés à Beyrouth

pour empêcher le renversement du gouvernement pro-américain

et protéger les intérêts américains dans la région.

1958 : Indonésie. Bombardements par les militaires et combattants islamistes

appuyés par les États-Unis contre le gouvernement démocratique de Sumatra.

1960 : Guatemala. Bombardements.

1961 : Cuba. Opération Mongoose, armés et entraînés par la CIA,

plus de 1000 exilés cubains débarquent dans la Baie des Cochons

1961-1972 : Vietnam. Pendant 11 ans, les États-Unis, prenant le relais de l’armée française,

utilisent tout leur arsenal militaire y compris des armes chimiques

pour venir à bout d’un mouvement révolutionnaire nationaliste d’indépendance.

La plus longue guerre dans laquelle se sont embarqués les États-Unis causera la mort

de plus d’un million de combattants vietnamiens,

quatre millions de civils et près de 60000 soldats américains.

1961-1972 : Laos et Cambodge. Bien qu’officiellement pas en guerre avec ces deux pays,

les États-Unis y effectuèrent d’incessantes attaques aériennes

et d’innombrables massacres de populations.

1964 : Panama. Après avoir protégé et utilisé le dictateur panaméen pour leurs attaques

contre le Nicaragua sandiniste, les USA s’en débarrassent.

26 000 soldats américains envahissent le pays sous couvert de le faire comparaître

devant les tribunaux américains pour trafic de drogue.

Des centaines de civils périssent sous les bombardements.

1964 : Congo. Bombardements pour réprimer la révolte nationaliste de gauche soutenue par l’Organisation de l’Unité Africaine.

1965 : Indonésie.  une opération militaire sanglante dont les dirigeants sont téléguidés par la CIA.

 Des centaines de milliers d’indonésiens sont victimes d’une chasse à l’opposant,

1965 : République Dominicaine. Sous le couvert de l’Organisation des États Américains,

les États-Unis interviennent militairement pour contrer une prétendue menace communiste

et provoquent un coup d’État contre le président Juan Bosch élu démocratiquement.

La bataille de Saint-Domingue fait quelque 10 000 victimes.

1965 : Pérou. Bombardements.

1970 : Moyen-Orient. Implication militaire des États-Unis auprès d’Israël dans les guerres

qui ont lieu dans cette région du globe.

1973 : Chili. Suite à la réforme agraire et aux nationalisations, les États-Unis,

par l’intermédiaire de la CIA et de la firme ITT, fomentent un coup d’État militaire

qui conduit à l’extermination du président élu de gauche Salvador Allende.

Des milliers de morts, de femmes et d’enfants enlevés et torturés,

et l’installation de la dictature d’extrême-droite du général Pinochet conseillé par la CIA.

1975-1999 : Timor Oriental. Les États-Unis soutiennent sans faillir l’invasion et l’annexion

conduite par l’Indonésie de Suharto. Un tiers de la population est décimée en près de 25 années.

1979-1989 : Afghanistan. Opération Cyclone, soutien logistique aux Moudjahidins

du commandant Massoud pour contrer l’invasion de l’URSS.

Soutien à Oussama Ben Laden appuyé par les services secrets pakistanais,

l’ISI, dans le recrutement, la formation et l’envoi de combattants islamistes sur le front afghan.

1980-1990 : Salvador. Les États-Unis s’engagent militairement aux côté des forces gouvernementales,

de l’oligarchie au pouvoir et des escadrons de la mort de l’armée salvadorienne

 pour contrer la guérilla marxiste du FMLN. En 1980, l’archevêque Romero,

très populaire chez les pauvres, est assassiné par des hommes proches de la CIA.

En dix ans, la guerre civile a fait plus de 100 000 morts.

1981-1988 : Nicaragua. Les États-Unis n’acceptent pas la série de réformes

que les Sandinistes du président Daniel Ortega arrivés au pouvoir en 1979 engagent.

Les États-Unis apportent leur soutien aux Contras basés au Honduras.

En 1986, le scandale de l’Irangate révèle que le produit financier des ventes d’armes américaines

à l’Iran a servi a financer les Contras.

1982-1984 : Liban. Les troupes phalangistes du Liban soutenues par Israël

et les États-Unis expulsent et massacrent des Palestiniens.

1983 : Grenade. Opération Urgent Fury, embourbés au Liban, les États-Unis

font une démonstration de force en envahissant la minuscule île de la Grenade

prétextant de la sécurité de quelques citoyens américains

et pour renverser le dirigeant Maurice Bishop suite à son coup d’Etat pacifique

contre le régime autoritaire du Premier Ministre Eric Gairy.

1986 : Libye. Suite aux attentats anti-américains en Europe,

l’aviation américaine bombarde des villes libyennes, faisant des centaines de victimes

parmi les civils et les officiels.

1986 : Les États-Unis sont condamnés pour « usage illégal de la force » contre le Nicaragua

par la Cour internationale de justice de La Haye.

1989 : Panama. Opération Just Cause, le président George H.W. Bush ordonne

la prise de contrôle du canal de Panama et renverse le dictateur militaire Manuel Noriega,

agent double de la CIA, suite à l’exécution d’un soldat américain par des soldats panaméens.

1991 : Fin de la Guerre Froide entre les États-Unis et l’URSS.

1991 : Irak. Allié précieux des États-Unis dans la région durant de longues années,

le dictateur Saddam Hussein envahit le Koweït sans en référer à la superpuissance.

Les États-Unis, n’acceptant pas de perdre le contrôle d’une partie des ressources pétrolières

du Golfe, déclarent la guerre à l’Irak en janvier 1991

et mettent en place une coalition militaire internationale qui, avec le soutien de l’ONU,

libère le Koweït. L’Irak est placé sous embargo.

1994 : Haïti. Ayant occupé Haïti de 1915 à 1934 puis soutenus les deux effroyables dictatures de

François et Jean-Claude Duvalier de 1957 à 1986, les États-Unis se montrent favorables au

renversement par coup d’État, en 1991, contre le dictateur Raoul Cédras remplacé

par le le président en exil Jean-Bertrand Aristide escorté par 22000 soldats américains.

1995 : Yougoslavie. Bombardements en Bosnie-Herzégovine en soutien aux forces armées de

l’ONU/OTAN.

1998 : Irak. Les États-Unis et l’Angleterre reprennent leurs bombardements sur l’Irak

et se fixent comme objectif l’élimination physique de Saddam Hussein et la mise en place d’un

gouvernement de remplacement.

1998 : Soudan. Opération Infinite Reach, en riposte aux attentats terroristes contre les ambassades

américaines de Nairobi au Kenya et de Dar-es-Salaam en Tanzanie, l’armée américaine

détruit un complexe pharmaceutique d’Al-Shifa supposé servir de lieux de production

d’armement chimique à des fins terroristes.

1999 : Yougoslavie. Au mois de mars, sous l’impulsion des États-Unis, l’OTAN bombarde le Kosovo

et la Serbie ou s’opposent l’Armée de Libération du Kosovo

Des centaines de bombes à uranium appauvri sont testées par les États-Unis.

11 septembre 2001 : Début de la Guerre contre le Terrorisme. Lancement de l’opération 

Enduring Freedom à l’échelle du globe.

2001 à nos jours : Afghanistan. Opération Active Endeavour, suite aux attentats du 11 septembre

attribués à l’organisation Al-Qaïda dirigée par Oussama Ben Laden,

les États-Unis forment une coalition internationale, implantent des bases au Pakistan

et bombardent massivement le pays. Les Taliban sont renversés.

Les États-Unis ne parviennent pas à imposer leur « protégé » (l’ancien roi),

un gouvernement de transition est mis en place.

Les prisonniers de guerre se voient déniés par les États-Unis de leurs droits internationaux

reconnus par les conventions internationales, certains sont déportés sur la base militaire américaine de

Guantanamo à Cuba et subissent un régime d’exception contraire aux principes internationaux

et à la législation américaine elle-même. Derrière ces événements, les États-Unis légitiment leur allié

dictateur du Pakistan, assurent peu à peu leur mainmise sur le transit des ressources naturelles

régionales.

2002 : Irak, Iran et Corée du Nord. Les États-Unis placent ces pays au nombre des composantes de

l’Axe du Mal, la nouvelle doctrine militaro-mystique de mise en place de « guerres préventives »

contre tous ceux qui ne s’alignent pas sur les États-Unis.

2002 : Phillipines. Opération Enduring Freedom, soutien économique et militaire au gouvernement

philippin contre les guérillas.

2002 : Corne de l’Afrique. Opération Enduring Freedom.

2002 : Géorgie. Opération Enduring Freedom, formation de plusieurs bataillons d’infanterie

de l’armée géorgienne dans la vallée du Pankissi.

2002 : Irak. Les États-Unis font pression sur la communauté internationale pour lancer un corps

expéditionnaire en Irak visant au renversement de Saddam Hussein, à l’instauration d’un

gouvernement favorable à leurs intérêts, à l’obtention des principales parts de marchés de la

reconstruction du pays après bombardements, à l’octroi de concessions sur les immenses ressources

pétrolières du pays.

Fin 2002, les USA et leurs alliés anglais ont massés des dizaines de milliers de

soldats sur-équipés sur place, prêts à une offensive.

2003 : Irak. Les États-Unis outrepassent les décisions de l’ONU et envahissent l’Irak

dans la nuit du 19 au 20 mars, avec le soutien de l’Angleterre.

Un déluge de feu s’abat sur le pays et la population dont déjà près de 500 000 personnes

sont mortes en 10 ans du fait du blocus économique (800 missiles Tomahawk, 23 000 bombes à

uranium, à fragmentation, mini-nucléaire). Un mouvement mondial d’opposition à la guerre et à

l’agression militaire des États-Unis se développe en faveur de la paix et pour le respect du droit

international. La majorité des pays de la planète condamnent l’agression américaine contre un pays

souverain. Par cet acte les USA ouvre la voix dangereuse et criminelle à la doctrine de la guerre

préventive permettant d’attaquer tout pays ne se soumettant pas à la conception impérialiste

américaine.

2004 : Haïti. Intervention militaire avec l’aide de la France pour chasser le président Jean-Bertrad

Aristide.

2004 à nos jours : Pakistan. Début de la guerre du Waziristan contre les nombreux mouvements de

Taliban. Bombardements réguliers par des drones de l’armée américaine et de la CIA.

et etc …

|

 

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

LA FRANCE ET LA 3ème GUERRE MONDIALE ?

Posté par lemysterefurtif le 11 octobre 2016

hol hol1

|

Le président français,  sous la férule des USA, menace aujourd’hui la Russie …

et pactise avec ceux qui ont financé le terrorisme

et provoqués  le chaos dans tout le Moyen Orient.

A l’heure où les USA perde leur hégémonie sur le monde

et où le bloc asiatique prend les rênes,

est-il judicieux de se laisser entrainer vers un conflit mondial

d’où la France et l’Europe ne sortiraient pas vainqueur ?

|

2017 bientôt les élections présidentielles :

une question à prendre en ligne de compte avant de choisir le futur ou future président (e) :

Les intérêts des USA, du Qatar ou de l’Arabie Saoudite

doivent-ils passer avant les intérêts du peuple français ?

|

10a

« … le chef de L’État français fait une cour assidue, indécente, aux monarchies arabes.

« Je me demande quelles pensées, quelles arrière-pensées

vrombissent sous le crâne du président de la France.

On humilie la Russie, puissance plutôt occidentale,

alors que l’on fait une cour assidue, indécente, aux monarchies arabes

qui sont tout sauf neutres dans le financement du terrorisme international

que, par ailleurs, on dit combattre.

 On pleurniche que l’on est Charlie,

mais on ne trouve pas répulsif le régime intégriste wahhabite.

Les musulmans massacrent les chrétiens un peu partout autour du globe,

mais ce n’est pas avec la Russie chrétienne que l’on choisit d’avoir des relations courtoises,

au contraire: voir la lamentable affaire des vedettes Mistral », écrit M.Chauvin.

« Osons la question, la vraie: l’honneur de la France

doit-il être mis en balance avec la vente de quelques avions de guerre

ou avec le bruit feutré de quelques bulletins frappés du croissant dans une urne française? »,

se demande l’auteur de l’article.

(En savoir plus: https://fr.sputniknews.com)

|

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

LE POURQUOI DE LA GUERRE EN SYRIE

Posté par lemysterefurtif le 11 octobre 2016

Image de prévisualisation YouTube

|

La vérité sur la guerre en Syrie …

« Dans une région dont la complexité sociale politique et religieuse est séculaire,
des projets économiques contemporains ont cristallisé la situation :
en 2010, l’Iran projette de construire un pipe-line qui passerait par l’Irak et la Syrie
pour acheminer du pétrole et du gaz vers la méditerranée.
Cela redistribuerait les cartes de la production pétrolière dans le golfe.
Or le Gaz pour le Qatar, et le pétrole pour l’Arabie Saoudite, c’est vital. »
(http://www.onsaitcequonveutquonsache.com)
|

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

LES USA ET LA GUERRE

Posté par lemysterefurtif le 10 octobre 2016

guerre2

guerre1

guerre

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

LA GUERRE SELON LE DALAI LAMA

Posté par lemysterefurtif le 5 octobre 2016

desarmement

|

« Dans toute société humaine apparaissent des êtres malfaisants

qui causent un grand nombre de problèmes,

et il est nécessaire de disposer de moyens efficaces pour les empêcher de nuire.

Lorsqu’il ne reste aucun autre choix possible,

il faut bien se résoudre à utiliser la force armée !

Pour moi, une armée ne doit pas servir à propager une doctrine

ou à envahir un autre pays,

mais simplement à mettre fin, en cas d’absolue nécessité,  aux agissements de ceux

qui détruisent le bien-être de l’humanité et sèment le chaos.

Le seul objectif acceptable d’une guerre est le bonheur de tous

et non les intérêts particuliers.

La guerre n’est donc qu’un pis-aller. »

|

(Dalaî Lama)

|

Publié dans GUERRE | Commentaires fermés

12345...8
 

Chersue |
Xoxounefille |
Adiction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reve2liberte
| Journaldesdefis
| Coquettes